• Le 24 septembre 2021
    Campus Tertre
    Bâtiment Tertre
    Salle du CENS
    Chemin de la Censive du Tertre
    44300 Nantes
    false false
  • 13h30

Mickaël Guérin, doctorant au Centre Nantais de Sociologie, soutiendra le 24 septembre 2021 sa thèse de doctorat intitulée : "Travailler comme les Gadjé ?", Recomposition des activités économiques et salarisation des Gens du voyage

Devant un jury composé de :

- Marie Cartier, Professeure des universités, Université de Nantes, directrice
- Claire Cossée, Maîtresse de conférences, Université Paris Est Créteil, examinatrice
- Isabelle Coutant, Directrice de recherches CNRS, EHESS, examinatrice
- Swanie Potot, Chargée de recherches CNRS, Université Côte d'Azur, rapporteure
- Maud Simonet, Directrice de recherches CNRS, Université Paris Nanterre, rapporteure
- Jean-Noël Retière, Professeur émérite, Université de Nantes, co-encadrant

RESUME
Les activités économiques des Gens du voyage sont majoritairement abordées sous l’angle du travail indépendant et de la poursuite d’activités traditionnelles. Cette approche partielle de la diversité de leurs pratiques économiques et notamment le peu d'attention porté à leur recours au salariat amènent à minorer les dynamiques de changement et les processus d’acculturation dans lesquels s’inscrivent ces individus. A partir d'une enquête portant sur des Voyageurs adultes installés sur une grande agglomération, majoritairement allocataires du RSA, nous avons envisagé leurs activités économiques de façon ouverte et plurielle afin de déconstruire les représentations stéréotypées qui les envisagent essentiellement comme des « pauvres » passifs ou inactifs ou comme s’adonnant uniquement à des activités économiques clandestines et illégales. En nous tenant éloigné d’une approche fondée sur les seules « dispositions culturelles », nous montrons d’une part, que leur position au bas de l’échelle (y compris indigène) sociale influence et limite leurs choix d’activités économiques, d’autre part qu’ils s’adaptent et se réinventent en permanence pour faire face aux évolutions réglementaires et aux exigences institutionnelles de contractualisation. Pour ces Voyageurs précarisés, le salariat n’apparait pas systématiquement comme une impossibilité d’ordre culturel au regard de modèles familiaux traditionnels, mais peut parfois laisser la place à des configurations bâties sur des compromis et des arbitrages variables en fonction des ressources des individus. Dans un contexte de déstabilisation de la société salariale, les Voyageurs enquêtés, en s’accommodant d’un modèle économique qui combine activités indépendantes formelles et informelles, minimas sociaux et emplois salariés discontinus, représentent un cas emblématique des populations précarisées.

Mot-clés : Gens du voyage, travail, salariat, précarité, RSA, catégorisation