• Le 20 décembre 2018
    Campus Tertre
    Salle du CENS (T237), Bâtiment Tertre
  • de 14h à 16h

Dans le cadre d'un cycle de conférences, Aurélien Boucher, maître de conférences au Département de sciences humaines et sociales de la Chinese University of Hong-Kong, animera le jeudi 20 décembre un séminaire au CENS sur le thème "Siniser les sciences sociales. Un projet vain pour sociologues méthodiques".

Depuis le début des années 1930, les sociologues chinois n'ont cessé de débattre de la nécessité de "siniser" les sciences sociales, c'est-à-dire de constituer des méthodes et des concepts propres à la société chinoise et voués à en produire une meilleure connaissance que par simple recopiage des manières de faire et de penser des sciences sociales occidentales. Ces débats académiques ont toujours été intimement liés aux péripéties politiques qu'a connues la Chine depuis cette période. En particulier, à la suite du dix-huitième congrès du Parti communiste en 2012, le nouveau premier secrétaire du Parti et président a insisté pour que l'histoire soit rattachée aux sciences sociales et pour que l'enseignement du marxisme à caractéristiques chinoises comme la sinisation des sciences sociales constituent des points primordiaux de l'agenda académique. 
L'intervention visera dans un premier temps à rendre compte de la genèse de ces débats et à expliquer les diverses prises de positions des chercheurs chinois sur la question de la sinisation des sciences sociales. Dans un second temps, sera rendu compte des méthodes utilisées par ceux-ci dans leur analyse des archives de l'administration du parti. Il s'agira de montrer que leurs démarches et procédés répondent à des considérations épistémologiques et pratiques qui se rencontrent singulièrement dans l'étude des bureaucraties et en particulier dans l'étude des bureaucraties des sociétés totalitaires. Il sera également question de montrer que la réutilisation de méthodes et de grilles d'intelligibilité forgées à partir d'un terrain donné se pose à chaque fois que le chercheur investit un nouvel objet (à partir des effets d'intelligibilité qu'elle produit). Auquel cas la permanence et la récurrence d'une telle question comme les manières de la traiter ne sauraient être justifiées, sauf vainement, par une prétendue identité nationale des méthodes et des concepts.
 
________________________
 

Aurélien Boucher est actuellement lecturer (maître de conférences) au Département de sciences humaines et sociales de la Chinese University of Hong-Kong à Shenzhen. Il a soutenu sa thèse de sociologie, intitulée « Formation et réformes des élites pongistes dans la Chine contemporaine. Des oblats du socialisme à l’entrepreneur de soi », à l’université de Nantes en juillet 2013. Dans la lignée des travaux conduits au sein de l'axe « Santé, corps et Sports » du Centre nantais de Sociologie, il poursuit depuis bientôt dix ans ses travaux sur les politiques publiques du sport en Chine. Il questionne également la singularité des pratiques et des modes de penser propres aux sciences sociales pratiquées en Chine.