Discipline(s) enseignée(s)

Mécanismes sociaux de la décision, Sociologie du genre, Sociologie des organisations, Données sociales, Démographie sociale, Modes d'enquête, méthodologie qualitative : l'entretien

Thèmes de recherche

Santé au travail, médecins du travail, sociologie des groupes professionnels, sociologie du travail, sociologie des mobilisations, prévention

Activités / CV

2017 : Doctorat de sociologie, CENS (Université de Nantes)
"Permanence et transformations d'une institution de prévention. La médecine du travail : de l'évaluation de l'aptitude à celle des risques professionnels", thèse sous la direction d'Annie Collovald et de Sarah Ghaffari, soutenance le 27 octobre 2017
 
Membres du jury :
Sylvie CÉLÉRIER, Professeure, Université de Lille 1 (rapportrice)
Cédric LOMBA, Directeur de recherche, CNRS, CRESPPA-CSU (rapporteur)
Patrice PINELL, Directeur de recherche émérite Inserm, CNRS, CESSP-CSE (éxaminateur)
Annie COLLOVALD, Professeure, Université de Nantes (directrice de thèse)
Sarah GHAFFARI, Enseignante-chercheuse, IMT Atlantique, Campus Nantes (co-encadrante de thèse)
 
RESUME
Depuis quinze ans, la médecine du travail est l’objet de multiples réformes du Code du travail qui révisent son fonctionnement centré sur l’évaluation individuelle de l’aptitude. En étudiant une profession en train de « disparaître », cette recherche appréhende, au prisme des sociologies de l’action publique, des professions et du travail, les permanences et les renouvellements d’un instrument de prévention de la santé au travail. Fondée sur une enquête ethnographique par observations et entretiens auprès de préventeurs de services interentreprises, la thèse combine trois échelles d’analyse. Au niveau macro-social, les médecins du travail qui constituent une nouvelle génération fortement féminisée depuis les années 1980 contribuent à faire apparaître des risques professionnels majeurs (amiante, TMS, souffrance au travail) sur la scène publique et à renouveler leurs pratiques, notamment via son courant le plus critique. Cette critique est désarmée dans les années 2000 par les dirigeants des services interentreprises qui se réapproprient le mandat de prévention par le biais de dispositifs de gestion encadrant le travail de préventeurs non médicaux. Au sein des services interentreprises, malgré leurs résistances et du fait de leur statut professionnel, les médecins du travail leur délèguent peu à peu l’action en milieu de travail et le suivi régulier des salariés. Surchargés de travail, ils se trouvent cantonnés dans leur rapport au public au suivi des salariés en souffrance ce qui les éloigne des pratiques de prévention légitimes. Celles-ci, centrées sur l’évaluation des risques professionnels et l’application du principe de précaution, sont transmises aux préventeurs non médicaux.
 
2009 : Master 2 Recherche en sociologie
"La médecine du travail: de la transformation du groupe professionnel à la modification du métier. La réforme de la médecine du travail de 2004 à 2009", mémoire sous la direction d'Annie Collovald, mention très bien

Informations complémentaires

Publications :
« ‪Santé précaire et transformation de la médecine du travail‪ », Travail et emploi, vol. 140, no. 4, 2014, pp. 35-47.

Recension de l'ouvrage d'Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès (dir.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (19e-20e siècles) », Travail et Emploi, vol.133, no. 1, 2013, pp. 63-64.

Communications :

« Les rapports d'activité des médecins du travail comme support de protestation », Journée d'études Mobilisations dans le domaine de la santé, Réseau Santé et société, Paris, 13 novembre 2012.

"Médecins et préventeurs des services interentreprises de santé au travail : quelle division morale du travail ?", Deuxièmes rencontres Droit Santé Travail, Lille, 23 octobre 2012.

« Professionnels des services interentreprises et rapports différenciés des entreprises à la prévention de la santé au travail », séminaire d'échange doctoral ARS/CENS, ARS, Brest, 27 février 2012.

«De la « médecine du travail » à la « santé au travail » : réorganisation des services interentreprises et transformation des pratiques de prévention», séminaire Chantiers, CENS, Université de Nantes, 19 janvier 2012.

"« Pluridisciplinarité » et réorganisation des services de santé au travail : comment les médecins se repositionnent-ils ?", Colloque La santé, quel travail !?, GERMES, Nantes, 26 mars 2011.
 

« La réforme de la médecine du travail : une technicisation de la prévention au sein des services de santé au travail ? », Colloque Organisation, gestion productive et santé au travail, GRIS, Rouen, 16 décembre 2010.

"Les services de santé au travail à l'épreuve de la pluridisciplinarité : constitution ou segmentation d'un nouveau groupe professionnel ? », 2e journée d'études des doctorants en sociologie des groupes professionnels, AFS, RT 1 « Savoirs, Travail et Professions», Paris, 18 juin 2010.

Activités liées à la recherche :

Co-organisation du séminaire d'échange doctoral ARS/CENS, CENS, Université de Nantes, 5 mars 2012.

Discutante de Danièle Carricaburu (Université de Rouen) et d'Emmanuel Henry (MISHA, IEP de Strasbourg) pour la présentation de l'ouvrage de C. Gilbert et E. Henry (dir.), Comment se construisent les problèmes de santé publique ?, La Découverte, 2009, Impromptus du Cens, Nantes, 7 avril 2011.

Engagements divers :

Représentante au collège des doctorants au Conseil de laboratoire du CENS.