Titre de la thèse

La conquête des sciences et des techniques par les infirmières. Une évolution qui ne révolutionne pas l'ordre du genre.

Direction et co-direction

Marie Cartier et Sophie Orange

Résumé :

Jusqu’à présent, les travaux de recherche ont montré que les filières scientifiques étaient l’apanage des hommes, néanmoins certaines voies où l’enseignement scientifique est important sont féminisées. C’est notamment le cas de la santé et des études paramédicales. En partant de l’étude de la formation en soins infirmiers, une filière largement féminisée, cette thèse analyse ce qui se joue dans cet « autre champ scientifique », celui qui est dominé et peu reconnu comme tel. Au-delà de cette étude, il s’agit de comprendre les effets de la transmission des cultures scientifiques et techniques sur la (re)production d’une socialisation genrée dans ce cursus.

Le suivi de cohorte fictif réalisé par une passation de questionnaires et des entretiens répétés, complété par des observations en classe et sur les lieux de stage professionnels révèlent comment cette formation produit des infirmières « scientifique du care » en réponse aux enjeux de professionnalisation et aux évolutions du travail infirmier. Elle contribue par ce biais à la fois à la transmission d’une forme spécifique de care et à la production d’un « style de féminité » singulier, mais aussi à l’inculcation d’un positionnement social, façonnant ainsi une nouvelle forme « d’éternel féminin ».